C’est une grande satisfaction de trouver ensemble les outils qui nous permettent d’être plus performants.

Rencontre avec Sophie Chevignon, ancienne élève en BTS au Lycée Costa de Beauregard du CNEAP, à Chambéry.

le Mercredi 20 jan 2021

Sophie Chevignon 2 Sophie Chevignon 2    Sophie Chevignon 1 Sophie Chevignon 1  

 

Bonjour Sophie,

 

Certains te connaissent déjà car nos maisons sont très liées. L'an passé, tu avais été interviewée par nos élèves de CAPA, dans le cadre de leurs portraits de femmes dans la profession horticole, pour le dernier numéro de Cap'Actus de mai 2020. Nous sommes très heureux de te revoir!

 

Peux-tu s'il te plait brièvement te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

 

Sophie : Je m’appelle Sophie, je suis originaire de la Loire. A la suite d’un stage chez une fleuriste, la passion des fleurs est apparue. J’ai suivi un BEPA production horticole et maraichère à Lyon-Pressin (St Génis Laval), suivi d’un Bac Pro Production Horticole à Pressin. Après ces années, je suis entrée au Lycée Costa de Beauregard pour faire un BTS Production Horticole. J'ai finalisé ma formation avec un CAP Fleuriste, à Angers, à la Piverdière.

 

Où travailles-tu aujourd'hui?

 

Sophie : Aujourd’hui, j’occupe le poste de cheffe d’équipe et responsable de production aux Ets Vuillermet, à Chambéry. Dans mes fonctions, je dois gérer la production, faire des achats de matériels (substrats, jeunes plants, graines, plaques de cultures, etc.), organiser les chantiers de la journée ou de la semaine, suivre les cultures et les arrosages, gérer l’équipe de production ainsi que les stagiaires et suivre ce qui évolue dans le métier grâce au salons professionnels et aux rendez-vous annuel au Ratho (Centre technique Horticole ) .

 

Le métier est saisonnier, avec une importante charge de travail au printemps et en automne.

Qu'elle serait ta journée type?

 

Sophie : Le métier est saisonnier, avec une importante charge de travail au printemps et en automne, notamment à la Toussaint. En début de journée, je fais le tour des cultures pour mettre en route les différents systèmes d’arrosage et vérifie le chauffage suivant la saison. Ensuite, l’équipe se rassemble pour organiser la journée. Les chantiers ont été décidés au préalable avec Eric Vuillermet, le patron et Cédric. Il ne reste qu’à répartir les équipes et à suivre l’avancée des travaux. En hiver, je m’occupe des commandes de jeunes plants, de graines et des achats de matériels. C’est la saison de l’année la plus « calme » au niveau physique . Il arrive néanmoins, en pleine saison, en juin, que je doive faire un nouvel approvisionnement. En saison, je surveille les cultures, sers les clients professionnels et j’effectue la lutte intégrée PBI (Protection Biologique Intégrée).

 

C’est une grande satisfaction de trouver ensemble les outils qui nous permettent d’être de plus en plus performants.

Qu'est-ce qui te plait dans ces métiers?

 

Sophie : Ce que j’aime dans ce métier c’est le fait de travailler en extérieur tout en pouvant aussi être à l’abri, de pouvoir bouger, de voir les végétaux pousser et de découvrir de nouvelles variétés. J’aime aussi beaucoup le travail en équipe et le contact client. C’est une grande satisfaction de voir ce qui fonctionne et de trouver ensemble les outils qui nous permettent d’être de plus en plus performants .

 

Pourquoi avoir choisi le lycée Costa de Beauregard?

 

Sophie : En 4e j’avais fait un stage chez une fleuriste et cela m’avait plu. On m’a très vite orientée vers des études en production horticole, ce que j’ai suivi en passant mon BEPA et mon Bac Pro à Pressin. De ma promo, nous étions un petit nombre à venir à Chambéry, au Lycée du Bocage, pour continuer notre formation en BTS. On s’est d’ailleurs suivi, pour certains, pour suivre pendant 6 mois le CAP Fleuriste, à Angers.

 

 

Qu'est-ce qui t'a plu au lycée?

 

 

Sophie : J’ai beaucoup aimé l’esprit d’entraide et de groupe de notre promotion. Avoir les serres à côté pour faire les TP et une vraie proximité avec les enseignants sont de réels atouts. En BTS on sort un peu de la production pure et on travaille plus largement sur l’entreprise ce qui est très intéressant aussi, avec des cours de gestion, comptabilité... par exemples.

 

Que t'a apporté le lycée?

 

Sophie : Ces deux années de BTS m’ont permis d’ouvrir mon esprit, notamment grâce aux visites d’entreprises, de gagner en autonomie et d’apprendre des connaissances essentielles à mon métier.

 

A ce propos, où as-tu fait tes stages ?

 

Sophie : A l’époque, j’avais fait un stage chez Gardet Frères à Thel (69), puis un autre au GAEC des Sables à Feurs (42) et à Verdonnet Bouchet, à Saint-Julien en Génevois (74) et d’autres petits stages d’une semaine ou deux chez des horticulteurs de la région, J’ai vraiment adoré découvrir toutes ces structures.

 

L’horticulture est un petit monde, où tout le monde se connait, il faut développer son réseau.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs étudiants ?

 

Sophie : Je conseille aux étudiants de faire autant de visites en entreprises que possible, via les stages ou les opportunités de travailler en saisonnier, par exemple, pendant les vacances. L’horticulture est un petit monde, où tout le monde se connait, il faut développer son réseau et c’est enrichissant comme toutes les entreprises sont si différentes. Enfin, je les encouragerai à travailler les langues car sur un CV, pour les salons, cela peut faire la différence.  

 

Un grand merci à toi Sophie pour cet échange!