“Tricochet” à Chambéry : trois projets, trois lieux et trois classes

Article du Dauphiné Libéré : “Tricochet” a comme objectif d’investir trois lieux : deux établissements scolaires et la Base à Malraux dans une démarche de création globale autour de la notion de jardin paysager.

le Samedi 03 avr 2021

 

IMG_20210330_103220 IMG_20210330_103220  

 

Guidés par l’artiste plasticien chambérien Roch Robaglia, Tilio, Charlotte, Christophe et leurs camarades de troisième prépa pro au lycée Costa-de-Beauregard ont fait œuvre commune pour peindre les éléments décoratifs à la fresque ornant le mur de la cour du bâtiment Notre-Dame. Une fresque murale faisant référence aux trois montagnes emblématiques du territoire chambérien : le Granier, la Dent du Chat et le Nivolet. À cet espace, que les élèves ont pensé comme un lieu d’évasion au calme reposant, les apprentis en 2e  année de CAP horticulture vont apporter un peu de fraîcheur avec l’indispensable touche végétalisée.

Tricochet est un projet entrant dans le cadre de l’Éducation socioculturelle

En centre-ville, même ambiance et même motivation dans l’enceinte du lycée Sainte-Geneviève avec Kemis, Maxime, Eva, Rihanna, élèves en classe de 3e  prépa métiers, eux aussi achèvent la décoration d’un petit muret dans la cour de l’établissement chambérien. Aux couleurs d’une belle journée d’été, la décoration choisie se veut, selon les collégiens, la promesse de jours meilleurs et d’une gaieté retrouvée. Enfin, début mai, si la pandémie le permet, les CAP horticulture installeront un jardin suspendu préparé dans les serres du Bocage dans la grande salle de la Base à l’Espace Malraux.

 

« Ces trois processus de création entrent dans le projet “passeurs de culture” du dispositif “Découverte région”. L’objectif fixé était d’investir trois lieux : les deux établissements scolaires et la Base à Malraux dans une démarche de création globale autour de la notion de jardin paysager. De ce postulat de départ, en étroite collaboration avec l’artiste, les élèves ont été invités à une réflexion sur leur imaginaire, avant de passer à la réalisation. Tous ont été séduits par la démarche. L’un d’entre eux a même confié que c’était la première fois qu’il prenait autant de plaisir à faire quelque chose ! » détaille Élise Encelle, enseignante en Éducation socioculturelle et coordinatrice du projet Tricochet (le nom est le raccourci du T de Trois projets, trois classes et trois lieux en ricochets).

Tricochet, un projet artistique scolaire inter-établissements à objectif culturel

« Tricochet est un projet entrant dans le cadre de l’Éducation socioculturelle (ESC). La mise en œuvre de projets, quels qu’en soient les finalités, la durée et le lieu est dans l’ADN de notre établissement. Dans ce cadre d’action, les enseignants ont pour objectif de faire découvrir à leurs élèves, les lieux et artistes culturels du bassin chambérien. Ces projets s’adressent à tous les niveaux de la 3e  aux classes de BTS. L’ESC est une spécificité de l’enseignement agricole. À ses origines, la démarche prônait une approche globale de la formation des agriculteurs avec une orientation culturelle. Avec le temps, cet enseignement à la fois officiel et décalé a été inscrit dans les programmes référentiels de formation et trouvé toute sa place dans les contenus pédagogiques. Cette discipline, permettant aux élèves de conduire des projets collectifs, ambitionne de former un futur citoyen en lui donnant les moyens de comprendre le monde qui l’entoure. Elle fait le pont entre l’école et son environnement social et culturel » résume Élise Encelle, enseignante ESC au sein de l’établissement chambérien et coordinatrice de ce projet artistique scolaire inter-établissements en lien avec l’Espace Malraux.

Roch Robaglia, artiste référent du projet

Retenu par le lycée Costa-de-Beauregard comme artiste référent pour porter le projet inter-établissements Tricochet, Roch Robaglia se définit volontiers comme un artiste plasticien ayant pour ambition de donner une vie aux rêves. « Mon univers artistique est dans une volonté de générer des émotions inattendues, positives, et bouleversantes. Je veux faire vivre une aventure unique. De l’abstrait au figuratif, mes créations se parent d’un caractère atypique et unique. L’expression d’une subtile rencontre entre jeu de l’esprit et représentation temporelle. En acceptant de construire une fresque avec les élèves du lycée Costa-de-Beauregard, de Sainte-Geneviève et d’installer un jardin suspendu au sein de la Base de l’Espace Malraux je les ai invités à exercer leur créativité. À vivre une expérience visuelle et émotionnelle. Je les ai trouvés à la fois surpris et intéressés par cette approche de l’imaginaire. Pour moi, il a été très motivant de travailler avec les jeunes, de les obliger à dépasser les frontières du possible pour générer du merveilleux et enfin de leur offrir une approche consensuelle de l’art pictural ».

 

Article de Guy Jacquemard, paru dans le Dauphiné Libéré.