Ce qui est important, selon moi, ce n’est pas tellement de planter plus d’arbres, mais de mieux les planter

Rencontre avec Laure Adrien, ancienne élève en BTS au Lycée Costa de Beauregard du CNEAP, à Chambéry

le Mercredi 09 déc 2020

Laure 1 Laure 1     Laure 2 Laure 2  

 

Bonjour Laure,

 

Je te remercie d'avoir répondu présente à notre appel.

 

Peux-tu s'il te plait brièvement te présenter ?

Laure: Je m’appelle Laure, j’ai 26 ans. Après un BAC ES à Lyon, j’ai fait un BTS Production Horticole au Lycée Costa de Beauregard, en 2012- 2014.

Après ces deux années, je me suis lancée dans une prépa pour entrer dans une des écoles d’Archi-Paysage... Mais finalement après cette année d’étude, avec mon Bac +2, j’ai pu intégrer une école d’ingénieur,  l’ITIAPE (Institut des Techniques de l’Ingénieur en aménagement Paysager) à Lille, en alternance, sur 3 ans.

Toutes les trois semaines, je revenais à Annecy pour travailler dans mon entreprise d'accueil : SAEV (Société d’Aménagement des Espaces Verts).

 

Où travailles-tu aujourd'hui?

 

Laure : Depuis 2 ans et demi, je travaille chez Chazal, une entreprise d’Espaces verts, localisée à Saint-Priest (69), au service plantation et remplacement d’arbres.

 

Peux-tu nous décrire tes différentes attributions?

 

Laure : Biensûr! Je travaille en binôme avec mon supérieur sur des travaux de remplacement d’arbres pour le Grand Lyon. Cet automne, nous avons remplacé 450 arbres. Côté administratif, je m’occupe de la logistique des interventions : préparations de chantier, demandes de localisation des réseaux souterrains, planifications des journées pour optimiser les déplacements des équipes de terrain, demandes d’arrêté de circulation…

Ma 2e casquette, c’est de préparer les commandes et d’apporter une recommandation sur les arbres et les massifs à privilégier en fonction des sites. Les demandes d’achat passent ensuite à un autre service qui choisit de travailler avec une pépinière plutôt qu’une autre selon le prix, la qualité de la plante recherchée et du délai de réception par rapport au chantier. Je dois ensuite m’occuper des réceptions et de la facturation.

Ma dernière attribution est de manager deux équipes de trois personnes et de prévoir le matériel dont ils ont besoin pour planter des arbres (mini pelle, camion grue)

 

Ce qui est important, selon moi, ce n’est pas tellement de planter plus d’arbres, mais de mieux les planter.

A Chambéry, la municipalité aime communiquer sur le fait que quand on enlève un arbre, on le remplace. Est-ce de même à Lyon ?

 

Laure : Aujourd’hui, la communication des villes portent beaucoup sur les villes vertes, végétalisées, notamment pour encourager la baisse des températures urbaines, ce qui est un bon point. Cependant, dans les faits, planter plus d’arbres ne fera pas baisser la température en ville dans l’immédiat. Il faut plusieurs paramètres et des années pour qu’une plantation d’arbres puissent avoir un réel impact sur le climat. Ce qui est important, selon moi, ce n’est pas tellement de planter plus d’arbres, mais de mieux les planter. On encourage de plus en plus à creuser de belles fosses pour donner une longévité plus grande aux arbres des villes. Autre exemple de saison, de plus en plus de ville choisissent de planter un sapin sur une place ou un rond-point et le réutilise ensuite chaque année pour le décorer à Noël.

 

J’aime avoir de la flexibilité et être libre d’organiser mon temps.

 

Qu'est-ce qui te plait dans ce métier?

 

Laure : Ce que j’aime, c’est la polyvalence des tâches et l’autonomie que me laisse mon responsable pour les mener à bien. J’aime avoir de la flexibilité et être libre d’organiser mon temps.

 

Pourquoi avoir choisi le lycée Costa de Beauregard?

 

Laure : J’ai découvert le Lycée Costa de Beauregard au Salon de l’Etudiant de Lyon et dans les magazines d’orientation. Je me souviens avoir hésité entre entrer à Dardilly ou au Lycée Costa de Beauregard et entre les formations Aménagements Paysages et Production Horticole. Mon choix s’est finalement porté sur le BTS PH au lycée costa de Beauregard.

 

A chaque fois, nous avons passé autant de bons moments à préparer nos projets qu’à les accomplir !

 

Quels souvenirs garderas-tu de ces deux années de BTS?

 

Laure : Durant ces deux années, j’étais hébergée dans un studio à l’internat avec deux autres filles qui sont devenues d’excellentes amies. Je me souviens que nous avions une classe très soudée et que l’ambiance était bonne ! Nous avons fait plein de projets, même un stage en Crète, et organisé des collectes pour les réaliser, comme la vente du jus de pomme (NDLR: qui se tiendra la semaine prochaine - le 15 décembre pour les BTS de cette année) ! A chaque fois, nous avons passé autant de bons moments à préparer nos projets qu’à les accomplir !

 

Que t'a apporté le lycée?

 

Laure : Mon BTS m’a apporté la base de mon métier et une bonne connaissance du monde végétal.

Au départ, tout m’intéressait : le maraichage, comme la culture fruitière et les arbres. C’est par la suite que je me suis spécialisée.

 

A ce propos, où as-tu fait tes stages ?

 

Laure : Lors de mon BTS, j’ai fait mes deux stages chez les Pépinières Rey, dans le Beaujolais.

 

Restez curieux ! Intéressez-vous à tout!

 

Quels conseils donnerais-tu aux futurs étudiants ?

 

Laure : Restez curieux et ouverts ! Dans tous les domaines, même ceux qui ne vous intéressent pas particulièrement, intéressez-vous, essayer de comprendre. La reconnaissance de végétaux est à travailler au quotidien. Cet automne sur les 450 arbres plantés, nous avions 60 variétés différentes.

 

Une question juste pour toi… Quel est ton arbre préféré ?

Laure : J’aime le kaki car c’est un arbre très décoratif en hiver avec ses fruits oranges qui détonnent.

 

 

Merci beaucoup Laure pour ce témoignage et bonne continuation !