Visite de nos élèves de BTS1, en stage, dans la Drôme

Lorsque les élèves sont en stage, les professeurs s’organisent pour les visiter et s'assurer que cette immersion professionnelle se passe bien pour les élèves comme pour leurs tuteurs. Cette semaine, six classes étaient en stage !

le Lundi 08 mars 2021

Ce matin, nous avons rendez-vous dans la Drôme pour retrouver deux BTS1 en stage dans deux exploitations très différentes. Zoé a choisi de faire son stage aux pépinières Lafond, à Valréas, très intéressée à l'idée de suivre leurs activités de multiplication fruitière et de greffes. Louis, de son côté, a préféré une exploitation individuelle, l'Orchis Bleu, pour travailler, avec Hervé, autour des plantes aromatiques et médicinales, à Répara-Auriples.

 

A la suite de ce stage, les étudiants en BTS devront établir un diagnostic de l'entreprise en relevant ses atouts et ses contraintes en terme environnemental, social et en matière de durabilité. A l'issue de cette approche globale, ils devront identifier des pistes de problématiques et en choisir une à résoudre. Celle-ci fera l'objet de leur projet d’étude, lors d’une seconde période de quatre semaines de stage dans cette même entreprise, fin septembre, début octobre 2021. 

Un autre travail au long court leur est demandé. Au cours de leurs deux années de formation, ils vont devoir identifier et analyser 3 situations pratiques vécues (SPV). Les étudiants relèveront l'évolution de leurs savoirs, leur savoir-faire et être au cours d'une séquence ou d'un atelier. Or, les stages sont des occasions idéales pour mener ce travail.

 

IMG_20210408_125824 IMG_20210408_125824    IMG_20210408_115631 IMG_20210408_115631    IMG_20210408_115738 IMG_20210408_115738    IMG_20210408_121415 IMG_20210408_121415  

 

Aux pépinières Lafond, un peu comme partout en France, ce matin-là, Sébastien est très inquiet. La végétation était bien partie, encouragée par la chaleur de ce début de printemps, mais cette nuit, les températures sont tombées en dessous de 5 degrés! Dans toutes les régions, pour les arboriculteurs, les vignerons et les agriculteurs, les dégâts sont difficiles à quantifiés pour l'heure, mais une grande partie des parcelles ont été touchées et ne produiront pas de fruits cette année. Pourtant prévenus, les producteurs avaient mis en place des systèmes pour éviter le pire: aspersion, bougies et éoliennes, mais le thermomètre est descendu trop bas.

Les pépinières Lafond produisent des plants de pruniers, d'abricotiers, de pêchers, de cerisiers, de poiriers et pommiers pour les arboriculteurs professionnels. Dans leurs serres grandissent 62 000 plants: des porte-greffes, des semis et des boutures. En pleine terre, dans des champs loués, s'alternent les porte-graines de fruits à pépins ou à noyaux pour répondre aux exigences des certifications de l'INFEL et du CTIFL. Sébastien nous explique qu'il travaille avec l'INRA depuis des années pour faire de la prospective et répondre aux enjeux de l'agriculture de demain : produire plus et rendre les plants plus résistants pour faire face aux changements climatiques et aux problèmes d'eau. Ces recherches sont menées sur des cultures in-vitro, dans un laboratoire, près de Saint-Etienne.

Si jusqu'alors Sébastien n'a pas pu se libérer pour être avec Zoé, il a en revanche veillé à ce qu'elle puisse tourner sur différents ateliers pour voir toutes les facettes de l’entreprise. Aujourd'hui, nous avons retrouvé Zoé dans les champs, à une heure de l’exploitation. Dans son équipe, elle est la seule femme. Il faut trouver sa place. En général, les femmes travaillent en intérieur. On les retrouve en serre, mais rarement sur le terrain, le travail y étant plus difficile, surtout quand on travaille 40h par semaine, courbé.

Cette petite visite nous a permis de faire un point d'étape avec Zoé. Elle nous a raconté ses expériences, ce qu'elle a fait et appris, ses difficultés. Madame de Saint-Phalle la rassure sur les attendus pédagogiques des comptes rendus de stage et lui rappelle la méthode de présentation des SPV choisies, avant de prendre congé pour retrouver un de ces camarades, Louis à quelques kilomètres de là.

 

IMG_20210408_122725 IMG_20210408_122725    IMG_20210408_132549 IMG_20210408_132549    IMG_20210408_133418 IMG_20210408_133418  

 

A l'Orchis Bleu, Louis nous accueille avec son maître de stage. Ensemble, ils nous font la visite d'une partie de la propriété : hangar de bricolage, basse-cours, espace couveuse pour les poussins, clapiers pour les lapins, le garage des tracteurs et les champs autour. En effet, sur les 47 hectares de l'exploitation, en grande culture, 7 sont consacrés à l'activité de plantes aromatiques et médicinales, mais la majorité des revenus de l’exploitation proviennent de l’accueil de classe ou de jeunes enfants placés, à la ferme pédagogique qui appartient au réseau Accueil Paysan, à la charge de Chantal, son épouse.

Hervé fait partie d'une coopérative de 50 agriculteurs, la SICA Bio-Plantes. Ensemble, ils cultivent 36 espèces de plantes à parfum, aromatiques et médicinales sur près de 300 hectares, en agriculture biologique, pour un unique client : Elixens. Le pari est un peu fou, mais Elixens s'est engagé durablement avec eux sur un contrat Bio solidaire qui définit en amont le prix d'achat/vente des productions, sur 1 à 3 ans, selon les plantes. Cette entreprise regroupe l’ensemble des moyens industriels et de développement technique dans la Drôme, à proximité de sa distillerie agricole d’Eygluy Escoulin. La contrepartie pour Hervé, c'est que le client est exigeant en terme de qualité, d'autant que depuis 2010, Sanoflore, racheté en 2006 par l'Oréal, a rejoint la société Elixens.

De son côté, Hervé cultive du romarin et du thym pour le vendre en herboristerie. Bleuets et mauves sont fauchées en fleurs pour en faire des huiles essentielles et de l'hydrolat (eau issue de la distillation). Cette année, il se lance dans la Camomille. Enfin, le fenouil et la coriandre seront appréciées pour leurs graines.

A trois ans de la retraite, Hervé est une encyclopédie botanique. Il a cœur a partager ses connaissances et son expérience avec des jeunes qu'il reçoit en stage ou qu'il accueille via son gîte social. Louis a l'air de beaucoup se plaire dans cet environnement. Il est d'ailleurs fier de nous montrer les familles qu'il connait et les 9 000 plants en sol, auxquels il a contribué la veille, avec le renfort de main-d’œuvre dont bénéficie Hervé, grâce à un groupement d'employeurs. Une nouvelle fois, nous revoyons avec lui le contour du rapport de stage et les attendus sur ses choix de SPV avant de le quitter pour sa dernière semaine de stage.

 

 IMG_20210408_162559 IMG_20210408_162559  IMG_20210408_162703 IMG_20210408_162703  IMG_20210408_163740 IMG_20210408_163740  IMG_20210408_172244 IMG_20210408_172244  

 

Il est déjà temps pour nous de quitter la Drôme et de reprendre la route pour Chambéry !

 

Drome Drome