Non, non, je ne veux pas faire la guerre

le Mercredi 18 mai 2022

rcf_mat1-min-1-1 rcf_mat1-min-1-1  

 

Il y a tout juste 50 ans, ma route croisait celle de la chorale des Petits Chanteurs d’Asnières, et, durant de longues années, je fus leur animateur, puis le directeur des séjours de vacances qu’ils organisaient. Mondialement connus sous le nom de Poppys, au début des années 70, à l’heure de la guerre du Viet Nam, ils chantaient, avec leur fougue enfantine, ce refrain que beaucoup d’auditeurs n’ont pas oublié : « Non, non, je ne veux pas faire la guerre ».

 

Cinquante ans après, la guerre n’en finit pas en Ukraine, avec les mêmes atrocités si révoltantes pour les enfants. Alors, avec l’aide de François Bernheim, auteur des paroles et de la musique, et l’orchestration de Christian Germain, leur chef de chœur, ils ont actualisé cette chanson, qu’ils offrent aux enfants d’Ukraine.

Puissent nos gouvernants se laisser interpeller par la voix de ces jeunes enfants :

 

Non, non, je ne veux pas, je ne veux pas faire la guerre,
Non, non, je ne veux pas, je ne veux pas faire la guerre,
Non, non, je ne veux pas, je ne veux pas faire la guerre,

Envahisseurs, soldats, missiles,
président, qu’est-ce que tu fais ?
Tu sèmes l’horreur, dans toutes les villes,
Je refuse, et puis tu sais,

Faut que j’m’amuse, c’est ça qui me plait,
Car j’ai dix ans, oui j’ai dix ans,
S’il te plait

Non, non, je ne veux pas, je ne veux pas faire la guerre,
Non, non, je ne veux pas, je ne veux pas faire la guerre,

Bonsoir tristesse, maisons en flammes
La télé, dans les infos,
J’vois la détresse, Je vois les drames
On voit tout sur les réseaux,

Non président, j’suis pas idiot
J’ai que dix ans, j’ai que dix ans
j’suis Pas très haut, mais…

Non, non, je ne veux pas, je ne veux pas faire la guerre,
Non, non, je ne veux pas, je ne veux pas faire la guerre,
je ne veux pas faire la guerre.

(Paroles et musique François Bernheim)

 

Qu’en est-il du travail des salésiens et salésiennes en Ukraine ?
Nos œuvres à Kiev, Lviv, Odessa, sont débordées par l’afflux de jeunes orphelins qui connaissent les bombardements. On estime aujourd’hui leur nombre a 100 000. Je rappelle à nos auditeurs que s’ils continuent à vouloir nous aider (merci à ceux qui l’ont déjà fait), ils peuvent adresser leurs dons à la fondation Don Bosco (393bis, rue des Pyrénées 75020 Paris) en mentionnant « aide aux salésiens d’Ukraine »

 

Retrouvez Jean-Marie Petitclerc sur RCF.